• Lifting ou Cure de Ptose Mammaire Chirurgie Esthétique à Lyon
Lifting mammaire

Le lifting mammaire ou cure de ptose mammaire est une intervention de chirurgie esthétique qui consiste à remonter des seins tombants.

Lifting ou cure de ptose mammaire, chirurgie esthétique des seins

La cure de ptôse mammaire à Lyon

La chute des seins est fréquente, souvent aggravée par l’allaitement ou une perte de poids. Elle est essentiellement due à un excès de la peau du sein et un manque d’élasticité.

Elle peut aussi résulter d’une forte poitrine : le poids important des seins finissant par les faire chuter. C’est pour cela que la cure de ptôse mammaire est souvent associée à une réduction mammaire.

Pour corriger des seins qui tombent, le lifting mammaire ou mastopexie est la solution indiquée. Cette intervention de chirurgie esthétique permet de remonter la poitrine et de la rendre plus ferme.

Elle a pour but de remettre l’aréole et le mamelon en bonne position, de reconcentrer et d’ascensionner la glande mammaire et de retirer la peau excédentaire.

Il s’agit d’un véritable lifting des seins qui permet d’obtenir deux seins harmonieux, joliment galbés et ascensionnés.

Informations utiles

Profil de la patiente : femme présentant une ptôse mammaire

Type d’hospitalisation : ambulatoire

Durée de l’intervention : de 2 à 3 heures

Type d’anesthésie : anesthésie générale

Durée des résultats : définitifs

Durée de l’éviction sociale : 8 jours

Prix : à partir de 2 500€

La consultation

Elle a lieu au cabinet du Docteur Jacquin et dure environ 45 minutes. Elle s’adresse à toutes les femmes souffrant d’une poitrine tombante, que ce soit suite à une grossesse, à une perte de poids ou encore à cause du volume de leur seins.

La première consultation permet de répondre à toutes vos interrogations sur l’opération et de mettre en place un plan de traitement adapté à votre poitrine. Pour ce faire, le Dr Jacquin examine votre ptôse mammaire. Il en existe de plusieurs types :

  • Ptôse à volume constant : le sein a gardé son volume et il est seulement dans ce cas, il faut le remonter en enlevant de la peau et en réalisant le minimum de cicatrices possibles,
  • Ptôse sur seins trop volumineux : dans ce cas, il s’agit plutôt d’une réduction mammaire qui nécessite de retirer une partie de la glande mammaire en plus de l’excès de peau,
  • Ptôse sur seins creux vidés (« gants de toilettes ») : Une simple remontée est insuffisante, il faudra dans ce cas-là, réaliser une plastie-prothèse, c’est-à-dire mettre en place des prothèses pour restaurer le volume et redresser la peau dans le but d’améliorer l’aspect esthétique.

La technique

Le Dr Jacquin va agir sur l’enveloppe cutanée et le tissu glandulaire. Pour ce faire, il utilise différentes techniques, qu’il adapte en fonction de l’importance de la ptôse.

La technique la plus utilisée est la technique « round block » avec une seule cicatrice autour de l’aréole.

Il est parfois intéressant de rajouter une incision verticale sous l’aréole pour bien cintrer la forme du sein.

Enfin, le Dr Jacquin peut aussi utiliser la technique en T inversé ou en ancre de marine avec une troisième incision horizontale dans le plis sous-mammaire, sachant que la cicatrice qui en résulte peut être réduite par certaines techniques.

Le but est vraiment de réduire les cicatrices au minimum, mais elles ne peuvent disparaître totalement car plusieurs incisions sont parfois nécessaires pour obtenir une forme homogène du sein.

Grâce à ces incisions, le Dr Jacquin va pouvoir concentrer et repositionner la glande mammaire ainsi que l’aréole avant de retirer l’excédent cutané.

L’intervention

L’intervention dure entre 2 et 3 heures et se pratique en principe sous anesthésie générale dans un bloc opératoire, moderne et équipé, répondant aux standards les plus exigeants des autorités de santé en termes de confort, de sécurité et d’hygiène.

Le Dr Jacquin remodèle et remonte la zone de l’aréole et du mamelon, enlève l’excès de peau, retend la peau restante et rehausse les glandes mammaires, auxquelles il redonne un nouveau contour harmonieux.

Si la ptose est accompagnée d’une hypotrophie mammaire (volume des seins insuffisant), il est possible de procéder à la pose d’une prothèse mammaire pour que le sein retrouve un volume appréciable. Le surplus de peau située autour de l’aréole peut alors être retiré grâce à une seule incision péri aréolaire.

Une réduction mammaire peut également être associée à la mastopexie, il s’agira alors de retirer une partie de la glande mammaire pour réduire le volume des seins.

Les suites opératoires

Les suites opératoires après la correction de la ptôse mammaire sont modérées.

Les douleurs sont relativement légères ou supportables, une gêne lors de l’élévation des bras peut être ressentie.

La présence d’ecchymoses est rare, elle dure entre 8 et 10 jours. L’œdème quant à lui est peu important.

L’hospitalisation dure 24 à 48 heures, cela permet à la patiente d’être suivie et de contrôler que la cure de ptôse mammaire n’a entraîné aucune complications.

Avant la sortie, les drains sont enlevés, un pansement léger est fait et un soutien-gorge spécifique est mis en place. Il devra être porté nuit et jour pendant 1 mois.

La reprise du sport doit attendre 1 à 2 mois.

Les complications

Malgré des suites post-opératoires simples, la mastopexie n’en reste pas moins une intervention chirurgicale qui peut présenter certaines complications, même si elles restent rares.

Il y a bien entendu le risque lié à l’anesthésie, mais d’autres facteurs peuvent jouer sur les complications post-opératoires.

On peut constater des troubles de cicatrisation, rallongeant la période de récupération de la patiente.

Encore plus rare, la perte de sensibilité du mamelon peut intervenir. Mais cette désensibilisation tend à se rétablir d’elle-même avec le temps.

Les résultats

Il faut attendre en moyenne 1 an pour juger le résultat final du lifting des seins, le temps que la cicatrisation se termine et que la peau retrouve sa souplesse.

Les seins sont remontés, galbés et symétriques. Vous retrouvez un confort de vie et une liberté pour vous habiller et de mouvement.

Les résultats peuvent être altérés par une grossesse ou des variations de poids. De plus le vieillissement de la peau va se poursuivre naturellement, il n’est donc pas exclu que la ptôse se reproduise à cause du relâchement de la peau des seins.

Consultez la fiche d'information

Questions fréquentes sur le lifting mammaire

Quels sont les risques opératoires ?

Le risque zéro n’existe pas en chirurgie, cependant, il s’agit d’une opération effectuée en temps choisi, dans un environnement extrêmement contrôlé. La patiente a vu au préalable l’anesthésiste et lui a exposé ses éventuels problèmes de santé afin d’éviter les risques majeurs (phlébite, embolie, problèmes cardiaques, etc.).

Il est indispensable de diminuer fortement ou d’arrêter le tabac avant et après l’intervention afin d’éviter la souffrance du mamelon (nécrose) et d’améliorer la qualité des cicatrices.


Où sont situées les cicatrices ?

L’incision autour de l’aréole est obligatoire ainsi que l’incision verticale. L’incision horizontale dans le sillon sous mammaire est facultative. Ces cicatrices seront rouges et inflammatoires pendant plusieurs semaines et s’atténueront progressivement pendant un à deux ans.

Elles sont en général discrètes à terme mais sont toujours visibles seins nus.

Les cas de cicatrices hypertrophiques, chéloïdes sont rares et surviennent surtout chez la jeune fille. Cette situation sera discutée avec le Dr Jacquin lors des premières consultations.


Quelles sont les complications ?

Les hématomes et infections sont heureusement très rares grâce aux techniques actuelles.

Il faut être informée des risques de cicatrices disgracieuses, d’insuffisance de résultat ou d’asymétrie entre les deux seins. Des défauts le plus souvent discrets mais pouvant justifier une reprise chirurgicale sous anesthésie locale ou au bloc opératoire.


A quel âge peut-on se faire opérer ?

Cette opération peut être envisagée dès que la glande mammaire a terminé son développement, c’est à dire vers 17-18 ans. Il n’y a pas d’âge limite supérieur à condition bien sûr d’être en bonne santé.


En cas de prise de poids ?

Il est préférable de réaliser cette intervention après une stabilisation pondérale. Une prise de poids importante pourrait singulièrement dégrader le résultat, de même qu’un amaigrissement massif.


La grossesse et l’allaitement sont-ils possibles après une plastie mammaire ?

La grossesse et l’allaitement sont théoriquement possibles, mais il faut attendre au minimum un an après l’intervention pour envisager une grossesse. En cas de réduction glandulaire ou de ptose importante les possibilités d’allaitement sont fortement réduites.


Le lifting mammaire peut-il être pris en charge par la sécurité sociale ?

La sécurité sociale peut prendre en charge l’intervention quand elle est associée à une réduction mammaire et lorsque la réduction glandulaire est au minimum de 300g par sein. Cette prise en charge est cependant partielle, le Dr Jacquin exerçant en honoraires libres. Les mutuelles pourront dans certains cas effectuer un remboursement complémentaire.

En cas de cure de ptose isolée sans réduction glandulaire, l’ensemble des frais sont à la charge de la patiente.


Comment corriger la ptose mammaire sans chirurgie ?

Il n’est pas possible de traiter une ptose mammaire sans avoir recours à la chirurgie. En effet, le principe même du traitement est de remonter les seins et éventuellement d’augmenter ou diminuer leur volume.


Au bout de combien de temps l’aspect des cicatrices est-il définitif ?

Différents types de cicatrices sont possibles selon les cas : autour de l’aréole, verticales ou en T inversé. La durée des pansements est de 21 jours, les cicatrices ont leur aspect définitif au bout de 18 mois environ. Les cicatrices sont toujours plus grandes que pour l’augmentation mammaire mais elles sont cachées par le soutien-gorge. Il est impossible de remonter les seins sans faire de cicatrices.


Peut-on observer une ptose mammaire lorsque les seins sont trop petits ?

Oui, il est possible d’observer une ptose mammaire quand les seins sont trop petits (hypotrophie mammaire).


Lorsque la ptose mammaire est associée à une insuffisance de volume, peut-on poser une prothèse mammaire ?

Il peut être souhaitable de mettre en place dans le même temps opératoire une prothèse mammaire pour redonner au sein un volume satisfaisant. Dans ce cas, il est possible de limiter la cicatrice uniquement à un cercle péri-aréolaire.

Vous avez une question ? Laissez-moi un message